Le ricin - De la graine à la fibre

Histoire de la fibre de ricin 

Une fibre éco-responsable pour le sport à base d'huile de ricin, comment est ce possible ?

De la plantation de ricin à nos vêtements éco-responsables, il n’y a que quelques foulées :

Tout commence en Inde, dans l’état du Gujarat, où les cultures de ricin permettent la production d’huile nécessaire à la fabrication du matériau entrant dans la composition de nos fibres textile. Le ricin est cultivé par un nombre infini de fermiers (plus de 700.000) selon des principes d’agriculture durable*.

Environ 45% du poids d’une graine devient huile après l’extraction qui a lieu dans les huileries indiennes. Les 55% restants servent à la fertilisation des sols.
L’huile de ricin est acheminée par bateau à Marseille où elle subit un processus de transformation qui conduit à la formation d’une molécule à 11 atomes de carbone, tous issus du végétal !

Cette molécule, capable de polymériser, constitue la brique élémentaire qui va servir à faire le polyamide 11 appelé Rilsan® du nom de la rivière Risle qui borde l’usine de production située à Serquigny, en Normandie.
Produit sous la forme de granulés, ce polyamide Rilsan® 100% biosourcé est ensuite transformé en fils dans la Drôme puis seront texturés, teints et tissés ou tricotés pour en faire un textile de grande qualité. 

*en s’associant à 2 industriels (BASF et Jayant Agro-Organics) et une ONG (Solidaridad) Arkema a créé en 2016 le projet Pragati qui vise à améliorer la culture du ricin dans la région sous 3 aspects : social, environnemental et économique, pour le bien des agriculteurs et la communauté locale .

Processus de fabrication

création de la fibre de ricin

Avantages techniques pour le sport

propriétés de la fibre de ricin

 

Tout cela est bien beau, mais pourquoi cette fibre nous intéresse pour le sport ? Pour plusieurs raisons et c’est pour cela qu’on l’aime beaucoup !

On note déjà un poids près de 15% plus faible comparé à un polyamide (PA6) classique. Le PA11 qui nous intéresse ici représente 1.03 g/cm³ contre 1.13 g/cm³ pour le PA6.

Sa faible absorption des liquides du fait de sa stabilité dimensionnelle apporte une gestion de l’humidité parfaite (1.9% d’absorption d’eau sur 14 jours contre 9% pour du PA6).

A cela s’ajoute une caractéristique anti-odeur, la fibre n’étant pas synthétique sur sa base. On retrouve donc une fibre bactériostatique qui permet d’être à l’aise en toutes conditions ; sport, lifestyle ou activité intense. 

Avantages environnementaux pour la planète

1- Culture sur des terres pauvres, non traitées et ne nécessitant pas d’irrigation

2- Réduction de la dépendance au pétrole par l’emploi d’une matière issue d’agro-ressource

3- Un textile respectueux de la santé de l’homme et de la planète ne contenant pas de substances nocives

4- Valorisation de terres arides et pauvres

 

Les limites de cette matière

1- Culture de la plante majoritairement en Inde

2- Matière coûteuse : fibre qui est « récente » dans le milieu du sport   

3- Nécessite des procédés de confection particuliers, de haute technologie

4- Filière de recyclage en cours de création via le programme Virtucyle, mis en place par Arkema.

 

×